lundi 18 juin 2018



Non, pas après le foot, ça se chevauche, le tour part le 7 juillet, le foot se terminera le 15 juillet, vous êtes gâtés..

Hier, je me suis surprise à regarder deux matchs, c'était la première fois. J'avais l'impression de regarder une pièce de théâtre ou un film, le suspense, les visages angoissés ou les manifestations de joie, ce ballon qui ne voulait pas rentrer dans les buts, finalement le meilleur joueur s'appelle "le poteau". Les équipes étaient parfaites pour nous procurer des émotions.
Nous pouvons dire ce que nous voulons mais pour l'instant la France est en tête.

Franchement Neymar a t-il besoin de se faire remarquer avec sa coupe de cheveux, ce sont ses pieds qui doivent agir, il avait une tête de balai serpillière sur la tête.



Bon, ils sont jeunes, pardonnons leur folie..Avouons que notre Just Fontaine avait une autre allure et il marquait des buts. 



De toutes les façons, les gens sont prêts à tout pour se faire remarquer, figurez vous que tout à l'heure dans la galerie de chez Leclerc, une galerie très longue, j'avais devant moi un monsieur très grand et très gros, complètement avachi sur son caddie, courbé, je pensais qu'il était handicapé, son jean était complètement baissé, j'avais sous les yeux une lune énorme, la raie complètement découverte et tout d'un coup, il s'est redressé, a remonté son pantalon et s'est tranquillement dirigé vers le parking, la lune a eu une éclipse, j'étais derrière et pas devant, je précise. J'avais juste envie de rire.

Un bébé est né dans le RER, la RATP lui a offert 25 ans de gratuité, plus tard il regrettera de n'être pas né dans un avion..Si un bébé naissait dans un hyper, est-ce que Carrefour par exemple lui offrirait ses courses à vie?

Une petite blague :

"Trois types sont à la terrasse d’un café. Le premier croit reconnaître Jésus à la table voisine. Les deux autres lui confirment qu’il s’agit bien de Jésus.
Hier, il a guéri Bébert de sa sciatique et avant-hier, Dédé d’un lumbago. Jésus s’approche d’eux et demande au premier “Et toi mon fils ! que puis-je faire pour toi ?” Le gars répond “Surtout , Jésus ne me touche pas, car tel que tu me vois, je suis en arrêt maladie !”."



SCRABBLE :

Hier soir sur ISC, j'ai failli raté GALLECS pour 104 pts, vu en insistant sur le tirage, avec ce tirage AECGLLS, j'avais SCELLAGE qui passait, mais GLACIELS et COLLAGES ne passaient pas. (j'avoue, je n'avais pas vu glaciels)
Habiter la Bretagne et ne pas voir GALLECS un comble
GALLEC - GALLO - GALLOT





vendredi 15 juin 2018

Coupe du monde de foot 2018


Coupe du monde de foot, l'opium du peuple, c'est Marx qui avait dit que la religion était l'opium du peuple, le ballon a pris sa place. Pas chez nous, Christian ne savait même pas que cela avait commencé, moi non plus...
II y aura des cris, de la fureur, les gamins prendront une claque parce que l'équipe nationale a perdu le match, le gamin a soutenu l'équipe adverse, il ne savait pas...Les commentateurs seront aphones. Je n'y connais pas grand chose mais comment feront les joueurs des équipes adverses dans un pays pour s'aimer en équipe nationale? Un joueur du Real et un de Barcelone? Je sais que Messi jouera pour l'Argentine et Ronaldo pour le Portugal, nous éviterons le pire. J'aime bien Messi, moins bling-bling que Ronaldo..


E.Macron doit prier Zeus ou Jupiter pour que la France se qualifie, au moins jusqu'au quart de finale, qu'on lui lâche un peu les baskets, un peu d'air !! J.Chirac avait vu sa cote de popularité monter en 98, il n'avait pourtant rien fait, mais c'est éphémère.

 Ce sera la fête des marchands de pizzas, des brasseurs de bière, des fabricants des produits dérivés. La COUPE DU MONDE DE FOOT A COMMENCE....et les Italiens sont tristes. 
Si cet événement pouvait démontrer que nous pouvons vivre ensemble. Ce n'est qu'un rêve.




Les Birds :
 Un clic sur le dessin pour l'agrandir.


SCRABBLE :

Avec ce tirage STRALES au premier tirage, vous pouvez perdre des points :

ELSTARS et RASTELS - 

RASTEL, réunion de gens à qui on offre à boire dans le midi.


mardi 12 juin 2018


Elle est partie, en réalité je ne savais plus si elle était encore vivante, on ne l'entendait plus. 
J'aime l'accordéon, toute mon adolescence, les bals, une cousine qui avait obtenu le premier prix au Conservatoire d'Alger et qui obéissait à sa maman très Bab-el-Oued "Allez Marceline, joue ma fille, montre ce que tu sais faire"  Marceline sortait l'accordéon et jouait, sa mère se redressait et n'en pouvait plus de fierté "Elle joue bien ma fille" elle n'avait pas oublié d'ouvrir les fenêtres pour que tout l'immeuble entende. Mon oncle, le frère de mon père, était heureux. Nous avions mangé la macaronade (ma tante était Italienne) un peu de vin rouge, les hommes jouaient à la belote, ils se chamaillaient, et tout finissait bien, nous repartions le soir, tout l'immeuble était au balcon, ça parlait fort, impossible de garder un secret. Nous repartions vers des quartiers plus discrets, chez ma tante qui était née à Bordeaux et qui ne manquait jamais de le dire, Bordeaux était synonyme de bourgeoisie dans son esprit, Marceline jouait de l'accordéon, Jean-Marc son fils jouait du violon. Alger était un creuset culturel, toute la Méditerranée était représentée.
Mon père à gauche, mon oncle à droite.


Je suis heureuse d'avoir été élevée dans un monde qui n'était jamais cloisonné, cela donne de l'assurance, de la gaieté, de l'optimisme, j'ai des souvenirs pour le  reste de ma vie et j'ai connu Bab-el-Oued !!! Nous n'avons jamais habité Alger, pas très loin mais jamais Alger.

Revenons à Yvette Horner, ce matin je cherchais des photos, nous étions en 1961, année de notre mariage, voyage de noces à Aix-en-Provence chez les parents de Christian, le tour de France passait à Aix, Yvette Horner jouait perchée sur une voiture, Jacques Anquetil pédalait pour gagner le tour. Je n'ai pas retrouvé les photos, sauf une d'Anquetil mais elle est prise de très loin.
Nous parlions d'Yvette cet après midi avec mon coiffeur, il m'a dit "Je m'en souviens très bien, ce n'est pas comme cet "abruti" de gamin à qui je parlais de Michel Sardou et qui m'a répondu "C'est qui Michel Sardou", j'ai pris un grand coup"



C'est triste, chez Leclerc les produits dérivés de la coupe du monde de foot étaient exposés, que du plastique, les enfants se lasseront, les grands aussi, tout finira à la poubelle ou dans la mer. 
Il faut signer des pétitions, contrarier les lobbys, ne pas accepter tout, la santé de nos enfants et petits-enfants est en jeu, pour nous c'est déjà trop tard.

Une blague courte

Un chien court après un fou autour d'un arbre.
Un infirmier lui dit :
- Le chien va vous rattraper !
Le fou :
- Non j'ai 2 tours d'avance !

SCRABBLE :

Je n'ai pas eu une coupe RASIBUS ( c'est un adverbe)
Anagrammes - BRUISSA et SUBIRAS.




dimanche 10 juin 2018

"Salon du livre à Vannes- 2018" suite et fin.


Dimanche matin, en règle générale nous nous levons un peu plus de bonne heure pour aller jouer un tournoi de scrabble, là non, direction Vannes Salon du livre. J'avais repéré les auteurs qui seraient présents, je savais que Katerine Pancol ouvrirait la journée. J'ai beaucoup lu Katerine Pancol et je me suis lassée de la saga, ai-je eu tort? Elle est agréable à écouter.
Katerine Pancol.

Marc Trevidic (le juge) et Olivier Norek (le flic) prenaient sa place pour une table ronde. Une heure de discussion, Olivier Norek est très bavard mais tellement intéressant et plein d'humour, nous avons aimé. Marc Trevidic racontait les difficultés qu'il rencontre dans l'exercice de son métier, j'ai appris que lorsqu'un juge était muté, il n'avait même pas le temps de passer des consignes, l'autre arrive, il part. 
Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche de la Sous-Direction de la Police Judiciaire (SDPJ) en Seine Saint-Denis (93). Ecrivain et scènariste, il a écrit le scénario du sixième épisode d"Engrenages" pour la télé. Il racontait si bien les difficultés du 93, j'aurais pu l'écouter pendant des heures.


Direction "La grande librairie" il fallait que je vois Romain Puertolas, le Fakir, j'avais oublié son dernier bouquin à la maison pour une dédicace. Nous ne pouvons pas ne pas tomber sous le charme de cet auteur, il est beau, souriant, marrant, talentueux, une imagination débordante. Les écrivains sont toujours heureux de nous entendre leur dire que nous les aimons, ils en ont besoin. Il est en train d'écrire la suite de "Tout un été sans Facebook" avec Agatha Crispies. Il a posé avec moi mais la photo est ratée, tant pis, je l'ai repris seul, il m'a fait une dédicace amusante sur un de ses bouquins "Revive l'Empereur" on décongèle Napoléon après deux siècles, un filet de pêche l'a ramené à la surface, Romain Puertolas ne recule devant rien pour nous faire rire .


Retour au Café littéraire pour écouter des auteurs "La force des liens familiaux" Alexandre Jardin, Mazarine Pingeot, Axel Kahn, Virginie Grimaldi.
Mazarine avait des mots très justes sur les liens parents-enfants, nous mettons nos enfants au monde, nous les élevons le mieux que nous pouvons, ils deviennent adultes et nous ne les reconnaissons plus, mais nous avons fait ce qu'il fallait pour eux.
Alexandre Jardin racontait sa mère, une femme libre qui est ELLE, elle vit toujours. Il nous faisait rire à coups d'anecdotes. Elle lui a légué des gènes, il est aussi un peu déjanté, légèrement, je l'aime bien A.Jardin.
Axel Kahn a écrit sur son père, il s'était suicidé sous un train, à 26 ans il a dû reconnaître son père, un père en morceaux, un homme brillant. Il a écrit ce livre très tard et il n'est pas sorti intact de l'écriture de ce bouquin, ne sachant plus s'il était son père ou Axel. Emouvant.
Virginie Grimaldi, les relations entre une mère et ses deux filles.

Alexandre Jardin.

Surprise pour Christian, il ne supporte pas François Langlet, journaliste économiste, François Langlet s'est installé, il l'a trouvé beaucoup plus agréable qu'à la télé. Il expliquait son bouquin, les difficultés de l'Europe, il est très sceptique sur son avenir. Pour les gens qui écoutaient ses conseils, un choc, il prévoit une autre crise financière et a prévenu, vendredi prochain la banque Européenne fait un truc que je n'ai pas compris, je suis allergique aux chiffres, cela risque de causer des remous, il y a eu des remous dans l'assemblée, sans doute chez ceux qui n'étaient pas au courant.... Nous n'avons pas attendu la fin de la rencontre, je commençais à avoir mal aux fesses, les sièges ne sont pas du tout confortables..


J'ai rencontré Jean Failler (Marie Lester) écrivain quimperois que j'ai connu au club de scrabble il y a bien longtemps, il rejoue au club d'Ile-Tudy et continue à écrire. Marie Sizun m'avait dit qu'il était à Vannes pour présenter ses livres.



Aurélie Valognes dédicaçait toujours et vendait ses livres si reconnaissables.

C'était le moment de rentrer, vraiment heureux de nos deux jours, merci à la mairie de Vannes et aux libraires pour l'organisation de ce salon.



samedi 9 juin 2018

"Salon du livre à Vannes" 2018

Existe-t-il des "hormones du bonheur", question posée par le petit magazine santé de ma mutuelle.
Je réponds oui, ma thyroïde ne fonctionne qu'avec l'aide du Lévothyrox, mais la sérotonine, l'endomorphine et l'ocytocine sont bien secrétées, pas besoin d'aide. J'ai décidé une fois pour toute de ne pas me laisser déborder par des contrariétés et d'être heureuse au moindre moment de bonheur traversé, rire, être optimiste. Voilà, j'ai répondu à la question.
Aujourd'hui, j'étais ravie, contente de ma journée passée au Salon du livre à Vannes, le beau temps était là, il faisait même chaud sous les remparts


Un clic pour agrandir.

Il y avait des auteurs que j'aime, d'autres un peu moins, je n'avais pas aimé le dernier bouquin de Tatiana de Rosnay mais elle était très agréable à écouter, pétillante, elle peut être heureuse après avoir vendu 11 millions d'exemplaires de "Elle s'appelait Sarah" 


Marc Levy et Didier Decoin ont pris sa place, nous sommes restés quelques minutes, je n'achète pas M.Levy, j'ai l'impression de lire toujours le même bouquin, j'apprécie D.Decoin, grâce à lui nous avons découvert le Cotentin, j'avais lu un de ses bouquins. Physiquement, il a beaucoup changé, c'est la vie !!


Une heure formidable en compagnie de Vladimir Fedorovski, ancien diplomate, porte-parole du mouvement des réformes, grand connaisseur de la Russie. Il racontait des anecdotes, la face cachée de l'histoire, et nous a captivé, il aime H.Vedrine, trouve Macron très adroit dans ses rapports avec Poutine et a prévenu, si la Russie et la Chine faisaient amie-amie ce serait terrible pour le reste du monde et même pour la Russie. 
J'ai ri à ma place, un monsieur charmant a demandé à Christian si cela ne le dérangeait pas qu'il respire le même air que moi, il était amusant et lorsque V.Fedorovski a dit que l'Occident pensait que Poutine était partout, il m'a dit "Nous devrions regarder sous notre chaise", un vrai pince- sans- rire qui plaisantait avec tout le monde, il devait avoir les hormones du bonheur.
J'adore l'accent russe et leur sens de l'humour. Vladimir est enjôleur, il sait jouer de son charme.


Retour sous le barnum où tous les écrivains se tiennent, il y a ceux qui s'ennuient un peu et les autres, Aurélie Valognes (Mémé dans les orties) battait le record de longueur de queue, les gens ont besoin de ses histoires simples,  Patricia Darré aussi avait du monde, ses livres sur son don de médium se vendent bien, les gens lui parlent tout bas. Mazarine Pingeot bavardait en attendant le lecteur ou la lectrice.

J'ai fait une petite causette avec Marie Sizun, comme chaque année, j'aime beaucoup ce qu'elle écrit, inoubliable "La femme de l'allemand", j'ai acheté "Un jour par la forêt" Elle a toujours sa maison à Ile-Tudy.


Et le tendre Jean Teulé, il a une voix douce, ses livres ne sont pas si tendres. Je le lis lorsqu'il publie, mon préféré "Le Montespan" il m'a dit "C'est parce que vous avez aimé l'histoire d'un homme amoureux" Sans doute. Lui est toujours amoureux de Miou-Miou.

Pour terminer notre visite du samedi, arrêt au stand d'Olivier Adam, je l'adore, j'ai tout lu de lui, il est beau, a les yeux de la couleur de la mer dans la baie de Saint-Malo, a un air mélancolique. Il en joue. J'attends de voir Romain Poertolas demain, pour décréter qui sera mon chouchou.


Je ne me suis pas arrêtée au stand de Grégoire Delacourt, il y avait du monde et j'avais lu son dernier bouquin.

Parce que demain, nous y retournons, il y aura Romain Poertolas, Katerine Pancol et d'autres, encore une fin de journée heureuse, normalement

. Je la racontais à ma fille, assise sur un banc au bord du port de Vannes. Elle est pas belle la vie..Les livres nous rendent heureux, la Bretagne aussi, elle est si belle cette ville.

La suite pour demain.




vendredi 8 juin 2018


Nous avons mangé dehors et à l'ombre, il faut en profiter, il fait tellement lourd, l'orage est annoncé.

Hier, je n'avais rien à vous raconter, il ne se passait rien dans mon jardin, j'étais dans un fauteuil, je lisais un petit livre vraiment amusant "J'aime le sexe mais je préfère la pizza", écrit par Thomas Raphaël, un titre osé mais rien de choquant dans le récit, nous sommes des adultes. Christian était parti faire une course et en rentrant il m'entendait rire aux éclats, je riais aux éclats et j'étais seule. J'aime l'autodérision, l'humour un peu absurde, les souvenirs d'enfance, qui n'a pas eu une "tata Jeanine" dans sa vie d'enfant, j'ai aussi eu la révélation de cette situation absurde "Une couverture de survie sur une personne qui vient de mourir", je n'y avais jamais pensé, ce n'est jamais méchant, un grand moment de bonne humeur. J'ai bien senti le regard un peu perplexe de la caissière lorsque j'ai payé ce livre de poche, la couverture n'est pas discrète, elle ne l'avait sans doute pas lu.

François Morel sur F.Inter ce matin, m'a aussi inspiré.

Je déplore souvent le manque d'intérêt des joueurs de scrabble pour la vie des autres, sans être indiscrets, mais que savons-nous des gens que nous côtoyons si souvent? 
Les joueurs disparaissent sans que cela suscite vraiment de la compassion, sur le moment oui, leur nom n'est même plus prononcé quelques mois plus tard. J'entendais que le français n'est pas reconnu pour être quelqu'un qui adore les associations, le milieu associatif, contrairement à d'autres peuples, cela doit être vrai.
François Morel avait raison, tout va trop vite, nous oublions ceux que nous avons appréciés, nous nous intéressons trop peu à ceux que nous rencontrons. Nous sommes seuls devant nos jeux pendant deux heures, dans le plus grand silence, le scrabble duplicate ne favorise pas les échanges, si vous êtes secret c'est vraiment le jeu idéal pour vous..Sinon, il vous restera, si vous le désirez,  les quelques minutes du goûter que votre club offre pour faire plus ample connaissance. Cela fait 32 ans que je joue, alors...Evidemment, nous avons des affinités. Bien sûr, j'aurais pu m'inscrire dans un club de marche, j'ai une copine qui voit passer les groupes devant chez elle, elle surnomme les marcheurs "Les bernaches" ils n'arrêtent pas de bavarder, ils font autant de bruit que ces oiseaux.



L'été arrive, la limitation de vitesse aussi.

Ils votent comment ? En appuyant sur des boutons, ils confondent peut-être le oui et le non..

Une blague :

3 types sur une île déserte.. Ils s'ennuient..
Le premier
- On va jouer au golf.. Je fais la balle..
Le deuxième
- Ouais d'accord. Super.. moi je fais le club
Le troisième
- Oh!! moi, j'ai pas envie de jouer... 

SCRABBLE :

J'ai retrouvé un bouquin que j'avais complètement oublié "La valse des anagrammes" d'Albert Belot, il date de l'ODS6 mais il est vraiment intéressant, il dormait dans un placard de la caravane

"Le PONCELET n'est pas l'unité de puissance du PETONCLE"

"Je SPRAYAI après avoir cuisiné les PIRAYAS"

"Le TECHNEME (élément technique minimal) intrigue ceux qui s'EMECHENT"

"Le CHREMEAU, coiffe MACHUREE d'enfant baptisé, est assorti au nidange"


mardi 5 juin 2018


Temps bizarre, humeur bizarre. Le soleil favorise les projets, les envies de vagabonder, les conséquences de l'orage font peur. Je n'ai jamais eu peur des éclairs, du tonnerre, gamine c'était même un jeu de compter entre l'éclair et le tonnerre, chaque chiffre correspondait à un kilomètre, plus le temps qui s'écoulait était court, plus l'orage était près, je jouais à me faire peur, le spectacle était, il est toujours somptueux. Nous avions eu peur une seule fois dans les Basses-Alpes, dans le chalet que mes beaux-parents occupaient, la foudre était passée par l'interrupteur de la salle, une grosse boule de feu qui s'était perdue le long de la plinthe, impressionnant.
Tout ça pour dire qu'en attendant que la nature se calme, nous ne faisons pas de projets.
Un ami scrabbleur nous a envoyé tout à l'heure une photo du camping à Argelés, il pleuvait beaucoup "Tu vois, il ne fait pas toujours beau à Argelés". Pas toujours, mais souvent.
Un clic sur le dessin.

Vous espérez des vacances en famille, avec vos enfants "Enfin, nous serons ensemble, nous pourrons communiquer, rattraper le temps perdu pendant l'année" Tu parles, ils communiquent oui, mais avec leurs amis sans doute virtuels, à la moindre panne ils n'ont plus d'amis.
Nous avons de la chance, six petits enfants, une seule est vraiment accroc à son téléphone, il est greffé à sa main.


Dommage, F.Hollande ne signera pas au Salon du Livre qui se tiendra à Vannes le week-end prochain! Je vais me régaler, il y aura de nombreux auteurs, certains sont déjà venus, d'autres non, François Reynert, Antoine Laurain, Olivier Adam, le beau Romain Puertolas (le Fakir..) Philippe Jeanada etc...Beau programme.  Pilier du salon, Jean-Louis Debré et son humour, décontracté, la politique n'est plus son kif.
Christian me dit "Et Jean de La Fontaine, il y sera?" Non, mais il y aura François Lenglet qu'il déteste...

 Je suis de son avis..


La petite blague, les abeilles sont dans l'actualité et pas pour la bonne cause, elles paient très cher la pollution.

Un parisien a repéré une maison de campagne et s’apprête à l’acheter.

Lorsqu’il voit des ruches au fond du champ. Il dit alors au paysan-vendeur :
–  Vous comprenez, j’ai des enfants et je ne peux pas me permettre de leur faire prendre le risque de se faire piquer par une abeille ! Il faudrait enlever les ruches !
Le paysan répond vertement :
–  Mes abeilles n’ont jamais piqué qui que ce soit ! Tenez, je propose un truc, je vous attache tout nu à l’arbre pendant une heure et si une seule abeille vous pique, la maison je vous la donne !

Le type se dit qu’une heure, c’est vite passé et que le jeu en vaut la chandelle. Une heure après, le paysan retourne voir le parisien et le voit tout pâle, les cernes sous les yeux, crevé !
–  Oh mon Dieu ! Elles vous ont piqué ?
–  Non non ! Elles ont été sympa les abeilles, mais le petit veau, dites moi, il y a longtemps qu’il a perdu sa mère ?

SCRABBLE :

NICODEME (nigaud) anagramme COMEDIEN

MIOCENE + D   - CODEINE + M - 

CNEMIDE et MEDECIN + O -